MEETING
CHARLIE PARR UN FILM DE FRANÇOIS-XAVIER DUBOIS CHARLES DUBOIS JULIEN BERTRAND NICOLAS REVERCHON

-----------------------------

<

----------------------------------------------------------

I . First step

>

 

 

 

C'est aujourd'hui mercredi que tout commence.

Dans un peu plus d'une heure, notre première interview.

Par la fenêtre de notre petit appartement de Brooklyn, les premiers nuages.

 

Voilà deux jours que nous sommes arrivés, un peu plus un peu moins, le décalage horaire est tenace. Deux jours passés à découvrir ou redécouvrir la plus célèbre des villes-monde : New York.

 

Nous avons pris nos quartiers à Bushwick, au milieu de Brooklyn et de la communauté portoricaine. Le matin, en se réveillant, on profite du merengue émanant du Barbershop, de l'autre côté de la rue. Le décor est composé de simples maisons de deux étages pas plus, mélange de façades en bois plus ou moins défraîchies et de petites maisons  mitoyennes en brique. L'espagnol et l'anglais font jeu égal dans les discussions.

 

Pour aller « en ville », il nous faut emprunter la Ligne M, ligne aérienne en fer forgé typiquement new-yorkaise,  imposant son chemin aux quartiers qu'elle traverse. À mesure que l'on approche East River, on peut apercevoir des gigantesques immeubles de brique, juste avant de passer le Williamsburg Bridge. À ce moment, à travers la vitre du métro se dessine une hallucinante ruche : Manhattan.

L'énergie de cette ville est quelque chose de magique pour n'importe quel voyageur.

Au gigantisme de son architecture, de son étalement urbain, elle apporte une sociabilité hors norme, une spontanéité que chacun de ses habitants semble arborer avec fierté.

 

Dans les premiers moments, la relation à la ville est très particulière. Toujours cette sensation d'évoluer dans un décor que nous connaissons déjà, de rencontrer une ville familière. Petit à petit, cette sensation se dissipe et nous prenons conscience que si New York a été tant filmée, c'est que la vie y grouille telle une mosaïque dont on ne se lasse jamais.

 

Nous avons donc déambulé dans le sud, profité d'une fanfare heureuse au coucher du soleil à Washington Square, lévité au-dessus de la ville de nuit en nous perdant dans ses lumières.

 

..........................................................................................................................................................

INFOS CARNET DE VOYAGE LIENS BOUTIQUE